Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mai 2015 3 20 /05 /mai /2015 10:38

Depuis 2002 et les gouvernements UMP de Sarkozy ce sont plus de 70 000 postes de professeurs qui ont été supprimés. L’arrivée du PS au pouvoir aurait pu laisser espérer un mieux, d’autant que l’école était une priorité de campagne de Hollande. Trois ans plus tard, le bilan n’est pas suffisant, car la pénurie perdure. Pour toute réponse, le gouvernement socialiste de Hollande propose des pseudos réformes censés être des solutions miracles pour combler la dégradation de l’Education nationale qu’ils ont eux-mêmes orchestrée. Les mesurettes vont bon train pour faire bonne figure. Une reforme des rythmes scolaires inadaptée qui cache un nouveau recul pour l’Ecole publique. La casse de l’éducation prioritaire et la disparition des dispositifs d’aide aux élèves en difficulté, aucun poste d’enseignants spécialisés ( RASED) n’a été crée dans le 93 depuis les 190 suppressions effectuées sous l’ère Sarkozy .Une situation de plus en plus difficile dans les établissements scolaires, dégradation des conditions de travail, baisse du pouvoir d’achat des personnels, précarité, personnels maltraités, montée des inégalités et manque de moyen pour assurer la réussite de tous les élèves, 13% des postes sont occupés par des contractuels non qualifiés… Aujourd’hui on nous sort du chapeau une réforme du collège, elle aussi censée contrer le désengagement de l’Etat. Toutes ces mesures ont un point commun, elles coutent peu ou pas du tout au gouvernement. Personne n’est dupe, l’école va mal faute d’investissement. La situation de l’école en Seine Saint Denis nécessite une réelle ambition en termes d’investissement et de moyens pédagogiques. Pour nos enfants, pour l’école publique, exigeons, -Le retrait de la réforme portée par la ministre de l’éducation nationale qui renforce l’autonomie des établissements et creuse les inégalités entre élèves -la baisse des effectifs dans les classes par le recrutement d’enseignants supplémentaires -une remise à plat de la réforme des rythmes scolaires et la prise en charge intégrale de son financement par l'Etat pour garantir l'égalité et la gratuité de l'école. Pour un service public National d’éducation avec une offre scolaire homogène et une véritable formation initiale et continue des enseignants. Communistes, nous continuons de soutenir le mouvement des enseignants et personnels des écoles, celui des agents communaux et des parents d’élèves. Il faut tout remettre à plat.

PCF Bagnolet

Partager cet article

Repost 0
Published by