Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 décembre 2014 2 30 /12 /décembre /2014 22:47

joyaux.jpg 

Nous sommes le 17 décembre, une foule de 300 personnes se présente dans l’enceinte du conseil municipal pour exiger du Maire qu’il prenne enfin la mesure du scandale provoqué par les propos anti IVG de son élu délégué à la voirie, Monsieur Jimmy Parat.  Récit d’une bien pénible soirée.

 

Inutile de faire de nouveau le déroulé des agissements, ou plutôt de l’inertie du maire. Un des principes fondamentaux de la gauche et des forces de progrès, le droit des femmes à disposer de leur corps, n’a pas reçu la défense que l’on était en droit d’attendre d’un Maire se revendiquant de Gauche. Monsieur Di Martino a tenté par différents biais et grossières ruses sémantiques, d’échapper à ses responsabilités. Certes le Maire, ou plutôt son adjointe Madame Marie Colou a réaffirmé une position de principe sur le droit à l’IVG, mais sans traiter le problème posé par le maintien des délégations à Monsieur Parat. Un louable discours peut insensiblement virer à la mascarade si les actes ne suivent pas. Au moment où, tout paré d'habits ravaudés, les propos réactionnaires redeviennent des idées neuves en France et en Europe, il convient, là où l'on est, d'établir un cordon sanitaire isolant leur porte-voix.  On devrait le savoir depuis longtemps, face à la réaction, il n'y a pas d'arrangement, pas d'accommodement possible qui ne mène, un jour ou l'autre, à la compromission.

Nous le réitérons avec force seul un geste politique clair et ferme, c’est-à-dire faire en sorte que l’élu en question ne représente plus la ville par une quelconque délégation, était de nature à réparer l’affront.  Le Maire s’est enfermé dans un positionnement incompréhensible, clivant et coupable, qui entachera son mandat, quoi qu’il en pense.

 

Une autre affaire a agité notre Ville. Les propos de Madame Karine Lombardo ( élue déléguée à l’enfance) à l’endroit d’une mère voilée.  Nous nous étions exprimés sur cette affaire, et avions été tout particulièrement scandalisés qu’elle puisse éclabousser indument  Le Front de Gauche  avec la mensongère utilisation qu’en a fait Eric Zemmour, prêcheur médiatique de haine, lors d’un débat radiophonique avec Jean Luc Mélenchon.

Depuis, madame Lombardo s’est fendue d’une déclaration revenant sur cette « affaire ». Un texte qui cherche à lever le trouble et peut être reçu comme  un acte de contrition.  Mais devant le bruit suscité par cette histoire, on ne peut que s’étonner du peu de relais accordé à la déclaration de madame Lombardo.  Ni le site de Dynamique citoyenne, ni celui de la Mairie ne s’en sont faits écho. Le Conseil Municipal n’a pas plus donné de tribune à Madame Lombardo. Par contre il a fait toute sa place à une diatribe d’un représentant de dynamique citoyenne, d’une extrême sévérité vis-à-vis de Madame Lombardo. Un véritable lynchage public d’une élue de son propre camp qui a provoqué dans les tribunes un certain malaise.

Procédé pour le moins étrange. Sens très singulier de la camaraderie.  Surtout lorsque l’on compare le traitement infligé à Madame Lombardo, avec celui d’une toute autre bienveillance destiné à Monsieur Parat.  

Car nous ne fûmes pas au bout de nos surprises C’est à l’élue Dynamique Citoyenne aux droits des femmes qu’est revenu le soin de plaider pour Monsieur Parat.  Nous avons eu droit à un florilège d’arguments consternants pour tenter de sauver le  soldat Parat. Accrochez-vous, Madame Maïna JOUYAUX (Conseillère Municipale Dynamique Citoyenne) a osé parler « d’erreur qui aurait très bien pu être mienne » ajoutant « l’apprentissage et la compréhension des nouveaux codes que nous devons désormais suivre ne sont pas si évidents et cela peut nous amener à faire des erreurs »!!! Pour Madame Joyaux les convictions de gauche pour le droit des femmes à disposer de leur corps seraient « des codes ». Et les propos de l'elu anti IVG une « erreur ». Il convient de rappeler quelques éléments à cette élue, il n’y a en la matière ni code ni erreur, mais des valeurs gravement bafouées et une faute indélébile ! 

Le fond n’est pas encore atteint, la suite est à l’avenant. S’appuyant sur la  levée de bouclier suscitée par les propos de Monsieur Parat, l’adjointe Dynamique Citoyenne s’enfonce davantage en évoquant leur  portée « positive »: à ce compte là doit on remercier Monsieur le Pen  pour service rendu dans le combat contre le racisme ? Un raisonnement absurde à la limite de l’insulte. Nous nous permettons de préciser à Madame Joyaux, que les pacifistes peuvent très bien  se passer de guerres, les syndicalistes qui luttent de patrons voyous, etc.

Et que dire des incohérences de ce fastidieux discours, puisqu’il est dit à la fois que Monsieur Parat a fait un « repenti sincère », et que son « erreur » « a été de donner un avis personnel…., mais penser ce qu’il pense reste son droit ». Un repenti qui n’en est pas un puisque monsieur Parat pense bien ce qu’il a déclamé à Est Ensemble, écrit sur les réseaux sociaux, et rappelé dans les pages du Journal Le Parisien.  Le débat ne porte pas sur la liberté de penser ou de s’exprimer. Et le rôle d’une majorité de gauche n’est pas de représenter la diversité des opinions réactionnaires. Par contre trahir un mandat électif en portant des idées régressives dans une majorité se revendiquant de gauche, n’est pas un droit !  

Et d’autres mauvaises surprises nous attendent, continuons à citer Madame Joyaux «  Et si, pour Jimmy, son avis résulte directement d’un traumatisme propre à son vécu » on se demande que vient faire ce pathos de très mauvais goût …« il ne faut pas occulter les irréductibles gaulois qui continuent de désapprouver, avec plus ou moins de force, le droit des femmes à avorter et à disposer de leur corps. » Personne n’a parlé d’occulter quoique ce soit, et cette histoire de « Gaulois » arrive comme un cheveu dans une soupe déjà bien indigeste. 

Ultime argument nauséeux dans l’entreprise de discrédit des citoyens mobilisés pour le droit à l’IVG, l’accusation d’avoir fait « le lien entre les propos de Jimmy et sa confession religieuse ». Une nouvelle vaine tentative de créer une bien mauvaise polémique sur du mensonge.  Une pathétique fuite en avant qui cherche à manipuler et diviser les bagnoletais.  Une immonde et irresponsable instrumentalisation.

 Madame la conseillère municipale de Bagnolet aux Droits des Femmes, une précision qui peut être utile de rappeler tant ces mots paraissent antinomiques avec une telle délégation, finira par dire, à propos de l’élu anti IVG  « je continuerai de le soutenir ».

Clap de fin et c’est la consternation qui l’emporte.  Faisons le vœux qu’en 2015, la mobilisation citoyenne efface ce très mauvais souvenir de 2014. 

 

Kamel BRAHMI

Partager cet article

Repost 0

commentaires