Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 février 2015 5 13 /02 /février /2015 16:07

bon-macron2011-mars-web.jpg

 

L’information est tombée dernièrement, et n’a pas eu le retentissement médiatique qu’elle méritait : les entreprises du CAC 40 ont versées l’équivalent de 56 milliards d'euros à leurs actionnaires. Un montant proche du record de 2007 qui était de 57,1 milliards d’euros. « 2014 a été un millésime mémorable pour les actionnaires » n’hésitait pas à claironner le journal les Echos. Les sommes reversées aux actionnaires ont grimpé d'environ 30 %, la croissance la plus importante depuis la crise.

Des chiffres qui donne le tournis et paraissent complétement déconnectés des réalités que vivent des millions de personnes à travers le pays, et singulièrement en Seine Saint Denis. Et nous sommes face à des agents économiques totalement décomplexés puisque un analyste financier cité dans ce même journal les Echos indiquait  « Les grandes sociétés se portent bien, dans l'ensemble, et bénéficient d'excellentes conditions de financement. Comme le cash est faiblement rémunéré, elles ont tout intérêt à le rendre à leurs actionnaires. » De l’argent il y en a , mais pas pour l’emploi, les salaires, la formation. Et récemment a été mis à jour un système industriel de fraude fiscale  qui démontre   de nouveau l'existence de sommes faramineuses que détournent et captent la finance.

Alors que la machine économique est atone, avec une croissance qui évite le niveau 0  grâce à la baisse des prix du pétrole, et continue à produire du chômage, le gouvernement continue de favoriser les profits des grosses entreprises, à s’attaquer aux droits des salariés tout en aggravant les politiques d’austérité budgétaire. Au lieu de relancer l’économie via la hausse du pouvoir d’achat, l’investissement, la dépense publique sociale et environnementale, la lubie de ce pouvoir est de faire passer la loi « Macron » une véritable arme de guerre contre le code du travail.

Assouplissement des règles de licenciements , libéralisation du travail de nuit et le dimanche ( sans les compensations salariales actuelles).  La déréglementation à la Macron, frappe tout azimut, l’inspection du travail, la médecine du travail, la justice du travail, le droit pénal du travail, les institutions représentatives du personnel, et même le bulletin de paie qui deviendra opaque.

Disons le avec force : moins de code du travail c’est moins de travail et plus de chômeurs.

Le seul moment depuis trente ans où l’on a fait reculer le chômage de masse c’est lorsque ont été mis en place  les 35 h sans perte de salaires. Même imparfaitement imposées, elles ont crée 400 000 emplois de plus qu’ailleurs.  Les faits démontent la vulgate libérale dont on nous rabat sans cesse les oreilles c’est bien  la flexibilité qui crée du chômage, ce sont les salariés, bien formés, bien protégés, bien payés qui produisent le plus et le mieux, pas les flexibles !  Si on veut créer de l’emploi il faut faire reculer la flexibilité, la précarité et  consacrer les richesses produites par le travail à la satisfaction des besoins ! 

La loi Macron ouvre des champs nouveaux aux revendications les plus intégristes du Medef.  Couplé aux milliards déversés aux grosses entreprises sans contrepartie, elle témoigne de politique aussi injuste socialement qu’inefficace économiquement.

Le mois de Mars connaitra des échéances électorales qui peuvent adresser un signal fort au gouvernement pour qu’il stoppe cette marche vers l’abime. La Grèce s’est soulevée contre l’austérité.  Le peuple d’Espagne gronde et s’organise pour ouvrir une nouvelle page de progrès social. Il n y a pas de fatalité aux gouvernances de comptable technocrate en total connivence avec les oligarchies financières. 

Les communistes avec leur partenaires du front de Gauche appellent au rassemblement du peuple pour contester vraiment l’austérité, provoquer une véritable  sédition avec son ordre néolibéral.   Nous pouvons dans le cadre des élections départementale créer un événement libérateur, pour susciter un nouvel espoir en France, appuyer la nouvelle énergie progressiste en Grèce et faire bouger toute l’Europe. Il y a urgence.


 

 



 

Partager cet article

Repost 0

commentaires