Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 janvier 2016 5 08 /01 /janvier /2016 16:51

Lettre ouverte à Monsieur Razzy Hammadi, Député de la Seine Saint Denis.

Monsieur le Député,

Ainsi que l’a annoncé le Président de la République en conseil des ministres le 23 décembre, vous serez amené́ comme parlementaire à vous prononcer sur le projet de révision constitutionnelle incluant la déchéance de la nationalité́ pour les Français-es binationaux reconnus coupables de crimes terroristes.

Comme vous, nous avons été profondément meurtri par les attaques terroristes qui ont frappé la France en janvier et novembre 2015. La barbarie de ces assassinats appelle une mobilisation de notre pays alliant fermeté́ sur ses valeurs et débat politique permettant d'élaborer les solutions les plus efficaces pour contrer le terrorisme.

La déchéance de nationalité́ va-t-elle dans ce sens ? Trois raisons nous conduisent à penser que non et à vous interpeller afin que, par votre vote, vous vous opposiez à la révision constitutionnelle. La première tient aux circonstances dans lesquelles cette proposition s'est imposée. C’est en plein deuil national, moins de trois jours après les attentats de Paris et Saint-Denis, que le Président de la République a annoncé cette mesure sans débat préalables, devant le Parlement réuni en Congrès. Une République sereine et pleinement respectueuse du débat démocratique en son sein peut-elle, en toute responsabilité́, modifier sa loi fondamentale sous le coup de l'émotion, de la peur ou de la colère ? Nous ne le pensons pas. La deuxième raison tient à l'efficacité́ de cette proposition dans la lutte contre le terrorisme, dont nombre de spécialistes et de responsables politiques, jusqu'au Premier ministre lui-même, s'accordent à dire qu'elle ne concernerait qu'un nombre extrêmement faible de personnes et qu'elle n'aurait aucune utilité́ pour prévenir de futurs actes terroristes. Mesure symbolique, dit-on. Mais quel est donc ce symbole ? Que la France se débarrasse de ses terroristes binationaux pour les renvoyer dans leur seconde patrie, se délestant de toute responsabilité́ ? Enfin, et c'est sans doute le point majeur, cette mesure serait une atteinte inédite au droit du sol, qui depuis la Révolution française fait de notre communauté́ nationale une communauté́ ouverte à toutes celles et tous ceux qui sont né-e-s sur le sol de France, droit autant honni par l’extrême droite qu’il est inlassablement défendu par bien des forces républicaines et toute la gauche. En créant une sanction spécifique pour les binationaux, elle introduit une inégalité́ fondamentale entre deux catégories de Français-es de naissance et jette, de facto, la suspicion sur l'une des deux. Mesure-t-on la résonnance d’une-t-elle discrimination dans nos quartiers populaires ?

Alors que les résultats des élections régionales nous encouragent à prendre très au sérieux la montée des idées xénophobes, des divisions conduisant au rejet de l'autre, une telle concession au Front National – puisque cette mesure se trouve dans son programme depuis longtemps – ne peut que fracturer davantage la société. Pour toutes ces raisons, nous vous appelons, à vous opposer à l'extension de la déchéance de nationalité́, une mesure contraire aux valeurs et à l’idéal républicain de la France, inefficace et qui n'a fait l'objet d'aucun débat populaire.

Vous remerciant de toute votre attention, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Député, l’expression de notre considération distinguée.

Mohamed Djennane : secrétaire de la section PCF Bagnolet

Marie-Françoise Sanchez : secrétaire de la section PCFMontreuil

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Le pédagogue 01/02/2016 23:18

Le pédagogue :


Chaque institution étatique, ou dite étatique, édicte ses règles relatives à l’octroi et à la déchéance de la nationalité.
La nationalité relève de critères mis en place par l’institution étatique, ou dite étatique.
Il y a ceux et celles qui n’ont pas de nationalité, et qui sont dits apatrides.
D’autres par contre ont deux nationalités ou plus, et sont dits binationaux ou multinationaux.
En France par exemple, tout est fait pour que « la problématique de la binationalité » renvoie, par à une sorte de « réflexe de Pavlov », à ce qui est appelé « le monde arabe », c’est à dire « aux musulmans », donc « aux islamistes », et par conséquent « aux terroristes ».
Ce n’est donc pas une nouveauté mise en relief par « le débat » qui agite en ce moment la sphère dite politique, sur la déchéance de la nationalité aux binationaux.
C’est beaucoup plus profond.
« La problématique de la binationalité » est utilisée « afin de tenir les français en alerte ».
Il s’agit pour ceux et celles qui se chargent « de tenir en alerte », de rappeler aux français que les musulmans dits français, ont une autre nationalité qui « met la France en danger ».
Autrement dit, les musulmans ne peuvent pas être français, car ils ne rejettent pas « ce qui est un danger pour la France ».
Ils ne rejettent pas l’Islaam.
« La problématique de la binationalité », est incorporée au fonds de commerce alimenté et entretenu par des multinationaux qui, depuis des lustres, se permettent ce qu’ils veulent en France et ailleurs, et disposent de nombreux moyens pour continuer leurs innombrables agressions contre les croyants et les croyantes.